Une ruche au fond du jardin : rêve ou réalité ?

Publié le 20/01/2016

Nombreux sont ceux qui rêvent de posséder une ruche à domicile pour récolter leur miel en famille ; mais en pratique peu franchissent le cap. Peut-on s’improviser apiculteur ? Quelles sont les obligations légales à observer ? Est-ce compliqué d’entretenir une ruche ?


Pourquoi vouloir sa propre ruche ?

Oui, c’est un rêve… Mais pourquoi ? Bien souvent, ce sont les jardiniers qui s’essayent à “l’apiculture du dimanche”. Conscients de la nécessité de conserver une biodiversité digne de ce nom et du rôle de l’abeille pour notre planète, les passionnés de nature veulent agir... et se faire plaisir !

Installer une ruche chez soi, c’est recréer un écosystème à l’échelle de notre jardin. C’est expliquer la vie à nos petits. C’est être fier de sa récolte de miel et de la ruche qui trône fièrement derrière les pivoines. Et c’est surtout un monde passionnant à découvrir, qui comme les plantes, est soumis à bien des règles que seules la patience et la persévérance peuvent nous inculquer.


Quelle précautions à prendre ?

Une ruche chez soi, ce sont des abeilles chez les voisins ! Nos pollinisateurs butinent dans un rayon de plusieurs kilomètres autour de leur ruche. La première chose à faire est de vous renseigner sur les règlementations à observer.

En premier lieu, rendez-vous en préfecture ou en mairie pour prendre connaissance des règlementations en vigueur. Les arrêtés prefectoraux définissent les périmètres à respecter autour de la ruche (variables selon les spécificités de chaque zone géographique), que ce soit par rapport à vos voisins ou à la voie publique.

Bon à savoir : “Le respect des distances ne s’applique pas si le rucher est entouré (à au moins 2 m de la ruche) d’un obstacle continu d’au moins 2 m de haut : palissade de planches, haie vive ou sèche, mur…”.

Ensuite, vous devez déclarer votre ruche au moyen d’un formulaire annuel, auprès de la Direction de Services Vétérinaires de votre département. Un numéro d'apiculteur vous sera attribué et il sera nécessaire de l’afficher sur votre ruche.

Enfin, vous demeurez pleinement responsable des dégâts éventuels causés pas vos abeilles : veillez à déclarer votre nouvelle activité à votre assurance. D’un coût modique, elle pourra être salutaire en cas de dommages causés à un tiers.

A noter que sur le plan fiscal aucune déclaration ne sera à prévoir pour une consommation privée et jusqu’à votre dixième ruche.





Premier pas apicoles

Même si elles ne revêtent pas de caractère obligatoire, de nombreuses formations permettent d’acquérir rapidement les bases du métier d’apiculteur (Plus d'informations). Le fonctionnement d’une ruche mais surtout son entretien et l’interprétation des différents évènements peuvent être complexes ; il serait dommage de voir mourir votre colonie par manque d’experience.

L’objectif premier restant la réintroduction d’abeilles dans notre environnement, nous devons mettre toutes les chances de notre côté pour que la nouvelle ruche du quartier soit prospère et apporte plaisir et miel !

C’est pour ces raisons que Label Abeille propose aux apiculteurs, amateurs ou professionnels, de s’équiper d’une ruche connectée, un outil qui vous apporte les bonnes pratiques du métier. Que faire, quand et comment ? Le tableau de bord de votre ruche connectée vous conseille en temps réel et vous alerte en cas de besoin ! Plus d’informations