MAI : LA PREMIERE RECOLTE DE PRINTEMPS

La saison est maintenant bien installée et la première récolte se profile. Voyons comment procéder :


Lors de la première quinzaine aura lieu la première récolte de miel de printemps

Tous les cadres des hausses sont operculés mais attention : si vous attendez trop pour récolter, le miel de printemps et notamment de colza risque de ne pas pouvoir s’extraire car le miel se cristallisera (une fois cristallisé, et même si la température remonte, le miel ne pourra pas se reliquefier).. Il sera impossible à extraire, même si on chauffe car le miel sera mélangé à la cire. Si cela vous arrive, conservez ce mélange pour nourrir les ruches.

Vous pouvez faire une étape : récoltez hausse par hausse si tous les cadres y sont operculés et remettez la seconde hausse en premier.

Une fois la récolte réalisée, mettez une nouvelle hausse en place. On peut laisser les ruches au même endroit ou on peut les déplacer dans un bois d’acacia par exemple pour faire des miels de cru.

Précautions pour déplacer une ruche : toutes les abeilles sont rentrées après le coucher du soleil ou avant le lever du jour. Fermez l’entrée de la ruche, sanglez et chargez-la dans le véhicule pour la déplacer à plus de 3km.

Dès que les acacias sont défleuris, récoltez immédiatement pour ne pas polluer ce miel de cru.

Vous pouvez disposer une grille à propolis sur la tête des cadres, juste en dessous du toit. Les abeilles la colmateront avec de la propolis.

LABEL ABEILLE - récolte de miel de colza - travaux de mai au rucher


Le moment de la récolte est aussi le temps de l'observation : comment se portent vos abeilles ? Ont-elles un comportement anormal ? Votre ruche sent-elle bon ? Voici les principales maladies identifiables.


Maladies

La loque américaine

= mortelle et très contagieuse

= bactérie qui s’attaque aux larves, qui meurent et se putréfient dans l’alvéole

Signe distinctif : l’odeur de putréfaction qui se dégage à l’ouverture de la ruche

Si l’infection est détectée tôt (d’après observation, le poids n’aura pas encore chuté), contactez votre TSA qui saura vous indiquez la marche à suivre.

Il vous conseillera probablement de transvaser les abeilles sur de la cire neuve pour que la colonie reparte sur des bases saines (plus de spores ni bactéries). Il faudra observer un jeûn de 24h : les abeilles épouilleront les spores restés sur leur corps. Une déclaration officielle sera à prévoir, le rucher sera mis sous surveillance et la ruche en quarantaine. Elle ne pourra être déplacée dans un rayon de plus de 3 km durant ce laps de temps.

Si l’infection est plus avancée, le poids de la ruche chute et il faudra détruire la colonie.

Loque européenne

= moins contagieuse que la loque américaine

= bactérie qui s’attaque aux larves, qui meurent et se putréfient dans l’alvéole

Signe distinctif : odeur de putréfaction (moins puissante que pour la loque américaine).

Traitement identique à celui de la loque américaine.

mycose

= champignon qui affaiblit colonie

Elle apparait souvent quand l’humidité de la ruche est trop élevée, que le pollen manque ou n’est pas de qualité, que vous possédez une “mauvaise reine” (problème génétique)

Il n’existe pas de traitement, si ce n’est redonner du pollen, déplacer la ruche dans une zone moins humide et éventuellement changer la reine si vous n’arrivez pas à vous défaire de la mycose.

nosemose

= bactérie qui s’attaque aux intestins des abeilles et leur donne la diarrhée

Traitement : donner une cuillère à soupe de pollen posée sur du papier sulfurisé sur la tête des cadres

acariose

= Pas mortel. Affaiblit les abeilles.

= acarien comme le varroa que l’on trouve rarement (disparait avec les traitements contre le varoa).

varroa

= acarien qui pique la cuticule des abeilles et pompe hémolymphe

Les abeilles sont affaiblies et les piqûres sont la porte d’entrée pour les virus, eux-mêmes propagés par les acariens.

Traitement : les traitements ne sont pas efficaces à 100% et le varoa. se redéveloppe bien souvent l’année suivante. Une colonie non traitée meure en 2 ans.

Virus

= peut être fatal

Traitement : il n’en existe pas. Il est possible de déplacer la ruche si l’infection est liée aux conditions environnementales, ou au manque d’ensoleillement. Idéalement, positionnement votre ruche à mi-ombre, mi-soleil.

Parmi les virus les plus courants :

Virus du couvain sacciforme SBV

Maladie contagieuse du couvain. Il doit son nom à l'aspect pris par les larves mortes. Extraites facilement des cellules, elles se présentent sous la forme d'un petit sac rempli de liquide.

Virus de la paralysie aiguë APV

Ne créée pas de maladie à lui seul, c'est le varroa qui l'inocule par ses piqûres dans l'hémolymphe de l'abeille et le rend dangereux alors qu'il ne l'est pas par voie alimentaire.

Cela engendre des abeilles traînantes, incapables de voler, errant loin de leur ruche et dans le couvain, on retrouve une disposition en mosaïque et des mortalités larvaires à tous les stades.

Virus des ailes déformées DWV

Il est associé au varroa et il entraîne des mortalités de couvain, d'abeilles naissantes et d'abeilles adultes. Il est responsable de malformations visibles sur les abeilles naissantes, plus particulièrement au niveau des ailes.

Virus de la paralysie chronique ou maladie noire CPV

Maladie contagieuse des abeilles adultes. Les symptômes sont le tremblement des abeilles malades,et ou leur couleur noire, brillante, dépilée, à l'abdomen rétracté ou distendu selon le stade d'évolution.