Où installer ses ruches ? Comment organiser le rucher ?

Publié le 02/09/2016

C'est décidé, vous vous lancez dans l'apiculture !
Mais êtes-vous sûr d'avoir identifié le bon emplacement pour vos ruches ? Comment organiser votre rucher pour optimiser le travail des abeilles et le vôtre ? 

Label Abeille vous conseille sur les règles à observer.

Rappel des obligations à observer

Une ruche chez soi, ce sont des abeilles chez les voisins ! La première chose à faire est de vous renseigner sur les règlementations à observer en vous procurant l'arrêté préfectoral en vigueur dans votre département, définissant les périmètres à respecter autour de la ruche (que ce soit par rapport à vos voisins ou à la voie publique).

Bon à savoir : “Le respect des distances ne s’applique pas si le rucher est entouré (à au moins 2 m de la ruche) d’un obstacle continu d’au moins 2 m de haut : palissade de planches, haie vive ou sèche, mur…”

Ensuite, vous devez déclarer votre ruche au moyen d’un formulaire annuel sur le site mesdemarches.agriculture.gouv.fr. Un numéro d'apiculteur NAPI vous sera attribué et il sera nécessaire de l’afficher sur votre ruche.

A noter que sur le plan fiscal aucune déclaration ne sera à prévoir pour une consommation privée et jusqu’à votre dixième ruche.

Enfin, vous demeurez pleinement responsable des dégâts éventuels causés pas vos abeilles : veillez à déclarer votre nouvelle activité à votre assurance. D’un coût modique, elle pourra être salutaire en cas de dommages causés à un tiers.



Où installer ses ruches ?

Dans votre environnement immédiat si vous débutez l'apiculture ! La surveillance de vos ruches en sera facilitée.

Vous devrez ensuite suivre ces quelques règles, en les installant :

  1. à proximité immédiate de fleurs mellifères en début de printemps. Les températures fraiches ne permettront pas aux abeilles de s'éloigner de la ruche. En cours de saison, veillez à ce que des réserves nutritives suffisantes se trouvent à moins de 5km. Les abeilles peuvent parcourir jusqu'à 10km en période de disette mais ce cas de figure est à éviter. Et gare aux monocultures qui seront probablement pulvérisées de pesticides !
  2. dans un endroit sec et lumineux, mais à l'abri du vent et du plein soleil estival. En cas de fortes chaleurs, les abeilles devront ventiler la ruche pour la rafraichir : une perte de temps et d'énergie considérable qui peut coûter cher à la colonie.
  3. à proximité d'un point d'eau. Dans le cas contraire, pensez à installer des abreuvoirs.
  4. dans un endroit accessible par tous les temps. Il ne s'agit pas de ne pouvoir se rendre au rucher parce que le chemin d'accès est devenu impraticable ! 
  5. loin des promeneurs. Malheureusement, il n'est pas rare que des ruches soient vandalisées, voire volées.



Comment organiser le rucher ?

  1. Les ruches sont lourdes et pourraient être déstabilisées en cas de vent fort ou de passage d'animal à proximité (gibier). Assurez-leur une bonne stabilité et une bonne aération en les plaçant sur un support d'environ 30-40cm de hauteur. Vous avez peut-être déjà vu que plusieurs ruches sont parfois posées sur une seule palette. Cette pratique est bien souvent utilisée par les apiculteurs professionnels qui pratiquent la transhumance (pour en faciliter le déplacement).
    Observez une inclinaison vers l'avant de 0 à 5 degrés pour faciliter l'extraction de la condensation et des déchets.
  2. Ménagez-vous un espace suffisant autour des ruches pour pouvoir en faire le tour avec votre matériel sans être gêné. De plus, des colonies trop proches pourraient communiquer entre elles et prévenir les voisines de votre intervention, créant de l'agitation dans la ruche. 
  3. Si vos ruches restent malgré tout proches les unes des autres, pensez à les peindre ! Cela évitera aux butineuses de se tromper de maison... (Saviez-vous que les abeilles ne distinguaient pas le rouge ?)
  4. Apiculteurs débutants, privilégiez un positionnement en arc de cercle. Vous pourrez passer derrière la ligne de ruches sans les déranger (contrairement aux aménagements en quinconce). 
  5. Concernant l'orientation, placez les planches d'envol vers l'est pour qu'elles reçoivent les premiers rayons de soleil. Si vous possédez de nombreuses ruches dans un emplacement restreint, décalez l'orientation des ruches tantôt vers le sud-est, tantôt vers l'est pour différer les périodes de travail des abeilles.



Apprentissage "sur le tas" ou formation ?

Même si elles ne revêtent pas de caractère obligatoire, de nombreuses formations permettent d’acquérir rapidement les bases du métier d’apiculteur. Le fonctionnement d’une ruche mais surtout son entretien et l’interprétation des différents évènements peuvent être complexes ; il serait dommage de voir mourir votre colonie par manque d’expérience.

Mettre toutes les chances de son côté

Vous vous êtes formé, vous vous êtes déclaré et avez installé vos ruches dans un lieu adéquat. Et pourtant, il vous manque quelque chose... L'expérience ! L'apiculture n'est pas une science exacte et seule la pratique pourra faire de vous un apiculteur émérite. 

C'est pourquoi nous vous conseillons de vous équiper d'une ou plusieurs ruche(s) connectée(s). Facile d'installation, la base se place sous n'importe qu'elle ruche pour en surveiller l'activité et vous apporter des données essentielles à la bonne compréhension de vos abeilles : poids de la ruche, estimation de la quantité de miel produit, température, humidité, luminosité, orientation, inclinaison.... Le tableau de bord synthétise les données transmises par la ruche et vous dit quoi faire, quand le faire et comment le faire. Il vous alerte même par mail ou sms lorsqu'une intervention au rucher est nécessaire !

Au fur et à mesure de votre apprentissage, vous utiliserez les fonctionnalités les plus fines de l'outil pour approfondir vos connaissances. Le compagnon idéal pour apprendre le métier en toute sagesse. En savoir plus

Sylvia Caron